A sa propre source s’abreuver

A sa propre source s’abreuver
Innée et pourtant oubliée
Inépuisable énergie de vie
Qui Ô grand jamais ne se tarit
En chaque cellule qui nous compose
Vibre l’univers entier en totale symbiose